You are currently browsing the archives for janvier 2011.
Displaying 1 - 2 of 2 entries.

Littérature jeunesse et sexisme

  • Posted on janvier 9, 2011 at 1:20

9e Festival du livre jeunesse (28-29/01/11)

La commission littérature jeunesse de Mix-Cité tiendra animera un atelier tout au long du Festival du livre jeunesse Midi-Pyrénées, les 28 et 29 janvier 2010, à St-Orens. Le thème de cette année est en effet “Des filles, des livres et des garçons” !

- Proposition de livre jeunesse non sexistes ou anti-sexistes

- Animation pour les enfants pour déconstruire avec eux les stéréotypes sexistes

- Animation pour les adultes pour les sensibiliser au sexisme ambiants dans la littérature jeunesse et proposer une contre culture anti sexiste à nos jeunes enfants et adolescents.


Article de la Depêche du Midi sur le sexisme dans les jouets

  • Posted on janvier 9, 2011 at 1:00

«Il faut oublier la dinette pour les filles et la voiture pour les garçons»

égalité

Julie Claret : « N'oublions pas que 80 % des tâches ménagères sont toujours effectuées par les femmes »./, SG

Julie Claret : « N'oublions pas que 80 % des tâches ménagères sont toujours effectuées par les femmes »./, SG
Julie Claret : « N’oublions pas que 80 % des tâches ménagères sont toujours effectuées par les femmes »./, SG

Aujourd’hui se déroule à 15 heures square Wilson une mise en scène pour dénoncer les jouets sexistes offerts aux enfants au pied du sapin. Organisée par l’association Mix-Cités 31, cette animation qui signe sa 10è édition ne constate malheureusement aucune amélioration. Julie Claret, 32 ans, militante à Mix-Cité depuis le début, explique sa raison d’être en 2010.

Pourquoi le choix de Mix-Cité ?

Simplement parce que j’ai toujours lutté contre les inégalités. J’ai d’abord été à Ras’le Front, un mouvement contre le racisme. Et puis simplement en tant que femme, j’avais envie de rejoindre une association féministe.

Dix ans après la création de Mix-Cité, la situation a-t-elle évolué ?

Cela dépend. Oui si on parle de la formation des professionnels de la petite enfance tournée aujourd’hui vers une certaine égalité. À l’inverse, aucun progrès dans la publicité, les catalogues de jouets ou le rayonnage des magasins. Exemple la Fnac qui n’hésite pas sur son site Internet à différencier les cadeaux livres et CD pour hommes et femmes. Ou le film de Patric Jean, « La Domination masculine » où un vendeur de la Grande Récré prône le retour des valeurs traditionnelles.

En fait, qu’est-ce qu’un jouet sexiste ?

La façon dont on le présente à l’enfant. Offrir une dînette à une fillette n’est pas sexiste en soi. Elle le devient si on ajoute : « Pour faire à manger comme maman ».

Il y a aussi des jouets très stéréotypés qui sont sexistes. Comme Barbie, très sexuelle ou Robocop qui joue sur le culte de la violence et de la virilité.

Que faut-il alors offrir à un enfant pour éviter de faire un impair ?

Son choix est prioritaire. Si la fillette veut une Barbie, il faut bien sûr lui offrir. Mais en lui expliquant que d’autres jouets existent avec lesquels on peut aussi s’amuser.

Pensez-vous que très tôt la société formate les enfants ?

Je le pense. D’eux-mêmes, les enfants ont tendance à aller vers tous les jouets. Mais par leurs propos, les adultes les influencent. Avec ce système, il ne faut alors pas s’étonner que les filières scientifiques soient si peu féminines.


Mix-Cités s’installe à Wilson

Ce samedi, à partir de 15 heures, s’installe une action anti-sexiste square Wilson. Une façon de sensibiliser les parents à peut-être mieux choisir les jouets de leurs enfants, notamment au moment des fêtes.
Pour lire l’article sur le site de la Dépêche